Ana Ozores (la Régente, 1884) PDF Imprimer Envoyer
Mes collections - Mes collections
Samedi, 05 Juillet 2008 12:37

     C’est à Vétuste, une ville fictive inspirée d’Oviedo, que se déroule La Régente, le roman de Clarin contant la vie absurde et dépendante d’Ana Ozores dans l’Espagne de la fin du XIX° siècle.

     Au début du récit, Ana Ozores a 28 ans et est mariée à un magistrat à la retraite, Victor Quintanar. A Vétuste, elle est connue sous le nom de la « Régente ». C’est la fille unique de l’ingénieur militaire Carlos Ozores et d’une humble couturière italienne, dont le nom n’est pas même cité et qui meurt en la mettant au monde. Son père, un libéral qui dilapide la fortune familiale en conspirations, confie l’éducation de sa fille à madame Camille, une gouvernante qui lui inculque la foi catholique, dominante à l’époque. L’enfant  se rend compte qu’elle vit dans un monde injuste et que les instincts naturels sont dissimulés ou réprimés.

     Elle a un penchant pour la littérature, comme lectrice et poétesse, suscitent le dédain des hommes du cercle, et la jalousie des femmes dans les salons de la marquise. C’est pourquoi tous la surnomment « George Sand »…

 

 
Leopoldo Alas, dit Clarin (1852-1901)

 

Professeur de droit canon, Clarin est un intellectuel engagé dans l’enseignement de l’idéalisme, la philosophie positive et la recherche du sens de la vie. Il tente à travers ses écrits d’élever le niveau culturel de l’Espagne qui le censure pour mauvais goût et vulgarité
La Régente est l’œuvre maîtresse de Clarin et l’un des romans espagnols les plus intéressants.

Texte et photo relevés dans le magazine Dames d’époque des éditions Atlas

Commentaires

Veuillez vous connecter pour publier un commentaire ou une réponse.
Mise à jour le Vendredi, 15 Mai 2009 11:41