Le poème de Théophile Gauthier PDF Imprimer Envoyer
Mes poupées chéries - Mes poupées chéries
Vendredi, 21 Mars 2008 10:15

     Dimanche dernier, les chéries n’étaient pas contentes, elles s’ennuyaient, Charles leur a bien proposé de jouer à des jeux de société, mais ces demoiselles n’ont pas voulues, pas question d’aller se promener, la pluie et le vent étaient là.

     Voyant cela, Audrey les a fait venir dans sa chambre, tout le monde s’est installé sur le lit et Audrey leur a lu un joli poème de Théophile Gauthier qui parle du printemps, de fleurs…..
Le voici :

 

Tandis qu’à leurs œuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars, qui rit malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.
Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement, lorsque tout dort,
Il repasse les collerettes
Et cisèle les boutons d’or.

La nature au lit se repose,
Lui descend au jardin désert
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert.
Tout en composant des solfèges
Qu’aux merles il siffle à mi-voix,
Il sème aux prés les perce-neiges
Et les violettes aux bois.
Puis, lorsque sa besogne est faite,
Et que son règne va finir,
Au seuil d’avril, tournant la tête,
Il dit : « Printemps tu peux venir »

 

 

P. S.  -  Mamy m’a dit qu’elle avait appris cette poésie quand elle était petite, aussi quand elle l’a trouvé sur un blog, elle a été très contente !

Commentaires

Veuillez vous connecter pour publier un commentaire ou une réponse.
Mise à jour le Dimanche, 27 Avril 2008 11:58